POLLUTION ENVIRONNEMENTALE

Surveillez la qualité de votre environnement grâce à l’abeille !

Butinant de fleur en fleur dans les milieux naturels jusqu’aux zones urbaines, les abeilles domestiques sont de véritables sentinelles de la qualité de notre environnement. Chaque jour, les milliers de butineuses de la colonie se trouvent en contact avec :
Par cette activité régulière, elles bio-accumulent malgré elles, en surface et en interne, les substances présentes dans l’environnement. L’analyse des abeilles nous permet alors d’évaluer le niveau de contamination globale de l’environnement dans l’aire de butinage (jusqu’à 3km autour des ruches).
Logo AFNOR Partenaire Apilab
Cette méthode de biosurveillance, développée par APILAB, est normée depuis 2017 : Norme AFNOR XP X43-909 « Biosurveillance active de l'environnement au moyen de l'abeille domestique ». Des valeurs repères ont également été élaborées pour aider à l'interprétation des données.
Analyses possibles : Éléments Traces Métalliques, HAP, pesticides (matrice : pain d’abeilles), dioxines / furanes, PCB, COV, particules fines, plomb, mercure, arsenic, cadium, nickel

Cette prestation, baptisée APIDIAG®, peut être complémentaire d’autres campagnes de biosurveillance (lichens, mousses).

La méthode peut notamment être utilisée dans le cadre de suivis réglementaires pour les entreprises ICPE / SEVESO :
- pour la conduite d'études de zones. (INERIS)
- pour la surveillance dans l'air autour des installations classées. (INERIS)
- pour l'évaluation de l'état des milieux et des risques sanitaires. (INERIS)

APIDIAG® vous permettra d’obtenir des indicateurs fiables et accessibles de la qualité globale de votre environnement et de mettre en place des actions d’amélioration et de sensibilisation des parties prenantes.
Si l’on tient compte du fait qu’une ruche contient en moyenne 40 000 abeilles environ,
et qu’un quart de celles-ci sont des butineuses qui chaque jour « visitent » un millier de fleurs chacune,
on peut estimer qu’une colonie d’abeilles effectue quotidiennement 10 millions de micro-prélèvements.
Claudio Porrini